Partager l'article

C’est souvent l’une des premières choses que je regarde et que je scrute avant de débuter un accompagnement. As-tu un positionnement clair ?

Quand on débute et qu’on se lance en freelance, on est tout excité à l’idée d’avoir son site internet, de pouvoir se créer un logo et de fixer ses tarifs. Le problème, c’est qu’on en oublie l’essentiel.

Aujourd’hui, énormément de gens s’installent en solo, et il y a une réalité à laquelle tu devras rapidement faire face : tu as des concurrents, alors comment comptes-tu te démarquer ?

Sache que si tu es sur un petit nuage à la création de ta micro-entreprise, vous êtes nombreux à vouloir vous partager le ciel ! (Mais ne t’inquiète pas, il y a de la place pour tout le monde – ou presque)

Pour te démarquer, être identifiable, sortir du lot, bref, te différencier, il y a un axe particulièrement important à étudier : ton positionnement. En fait, le positionnement, c’est un enjeu majeur pour ta petite entreprise.

Le positionnement, c’est quoi ?

Le positionnement permet de te rendre identifiable et te crédibilise au sein d’un marché. L’objectif est de mettre en valeur les services que tu proposes, de créer ta marque personnelle autour d’elle et ainsi, de te démarquer de la concurrence. Là encore (oui, parce qu’elle est partout !), c’est une stratégie.

Tu n’es pas obligé de prendre un positionnement, ce serait te mentir, il y a des freelances “généralistes” dans leur domaine qui ont réussi ! Mais ça, c’était avant. En tout cas, c’est mon point de vue.

On pense souvent, à tort, que prendre un positionnement, c’est se fermer des portes, mais il n’en est rien.

Tout faire, c’est tout faire et rien faire.

En ne te positionnant pas, tu passeras inaperçu et tu devras prospecter et chercher des missions tout au long de ta carrière de freelance. Est-ce que c’est ce dont tu as envie ? Personnellement, je n’ai pas envie de courir après les missions, ce que j’ai envie, c’est qu’on m’appelle ! (et pas l’inverse).

Le mieux est de te donner quelques exemples pour que tu puisses bien comprendre mes propos.

Prenons l’exemple d’un Community manager. C’est un métier qui fait face à une très forte concurrence (tout comme les graphistes et les photographes).

Le problème, c’est qu’au même titre qu’un graphiste, un Community manager peut être amené à faire tout un tas de choses, diverses et variées :
– Animation des réseaux sociaux
– Mise en place d’une stratégie social media
– Optimisation du référencement naturel
– Optimisation des campagnes de publicité sur les réseaux sociaux
– Création de contenus
– Etc.

Entre-nous soit dit, tu ne peux pas être bon dans tous les domaines.

Prenons le référencement naturel : c’est un métier à part entière.
Les campagnes de publicités : c’est complexe, il faut vraiment maîtriser.
La rédaction web : là aussi, c’est un véritable job !

Le premier problème qui risque de se présenter, ça se passe d’abord entre toi et toi. Tu vas accepter des missions avec des points que tu ne maîtrises pas, c’est un gros risque. Le bouche à oreille va beaucoup plus vite quand c’est négatif..

Le deuxième souci que tu risques de rencontrer, c’est qu’on ne saura pas pour quoi faire appel à toi et les gens autour de toi, ne sauront pas non plus pour quoi te recommander.

Par contre, si tu deviens LE Community manager spécialisé dans les entreprises de mode éthique, tu seras tout de suite identifiable.

1 – Tu maîtriseras bien ton sujet et seras force de proposition
2 – Les gens autour de toi te recommanderont dès qu’ils entendront parler d’une entreprise dans le marché de la mode éthique
3 – Ton téléphone va sonner et tu seras sollicité

Un positionnement clair et efficace

1ere règle : Simple

Ça doit être clair pour tes potentiels clients (et même, pour un enfant de 7 ans !). Il ne faut surtout pas chercher à avoir une multitude de cibles. Tu dois avoir une promesse, qu’on peut comprendre en une phrase.

Quelques exemples concrets :

Danilo Duchesnes : J’aide les PME et les entrepreneurs à gagner en visibilité et trouver des clients grâce aux publicités sur Facebook et Instagram.
Emmanuelle Chegrane : Embellissez vos recrutements en attirant votre future recrue

2ème règle : Différent

Pour être différent, il y a plusieurs choses à voir et c’est notamment l’étude de ta concurrence qui va aussi te permettre de savoir où te placer. Par exemple, te placer là où il n’y a personne, attention à vérifier qu’il y ait un marché, évidement. Proposer un service particulier, en plus, que tes concurrents ne proposent pas etc.

Étudier la concurrence, ce n’est pas tabou ! Tu as beaucoup à apprendre d’eux et tu ne dois jamais les sous-estimer. Ne les vois pas comme des gens à abattre, en tout cas, ce n’est pas comme ça que je le vois. Tu n’as sûrement pas la même cible qu’eux, tu ne proposes pas forcément les même services et tu es toi ! Et c’est bien ton unicité qui fait la différence..

3ème règle : Crédible

Ton positionnement doit être en parfait accord avec l’image que tu véhicules et le message que tu veux transmettre. Si tu ne respectes pas ces deux points, ça risque de poser un sérieux problème de cohérence.

Je dévie un peu du positionnement pour te parler de quelque chose d’important : tu dois être crédible. Par exemple, je n’ai jamais compris le célèbre adage qui dit que ce sont “Les cordonniers qui sont toujours les plus mal chaussés”. Si tu veux inspirer les autres et asseoir ton expertise, commence par être bon dans ce que tu fais et applique les conseils que tu donnes à tes propres clients pour toi-même !

Tu ne trouverais pas ça bizarre que j’accompagne les entrepreneurs à construire leur marque personnelle sur Linkedin et que je ne publie rien sur celui-ci ?!

Un peu de cohérence ! Sois un cordonnier bien chaussé ! (accessoirement, tu seras bien plus crédible).

4ème règle : Payant

Tu dois t’assurer que le besoin existe ! Ce que je veux dire, c’est que tu dois répondre à une problématique. Ça paraît évident et pourtant, parfois, on est persuadé de tenir l’offre qui va révolutionner notre marché et puis on se rend compte que personne n’est prêt à payer pour ça…

Tu dois vérifier que ton service/produit est viable dans la durée. Est-ce qu’il sera à la hauteur et pourra faire vivre ton entreprise ? Bien sûr, une entreprise est amenée à évoluer et tes offres de services/produits avec.

Alors, si on se rencontre maintenant, que vas-tu me dire sur ton activité en quelque mot ?